PmK  (incendiaire perforante)
Remplaçante de la Spr de la première guerre , la PmK est elle aussi une incendiaire, cependant elle
renferme en son corps un noyau d'acier destinée à la rendre perforante. Elle occupe donc ainsi le même
rôle que la "F "patrone.
Comme on peut le constater sur cette photo, le sertissage de l'ogive provoque un rétrécissement du
diamètre de la balle. Cette caractéristique permet de détecter la présence d'une PmK à la simple vue
de son profile (plus bombée qu'une ogive à profile sS ou SmK)
Il est à noter que le réservoir de phosphore se chargeait par le coté de l'ogive, ce qui laisse apparaître
une trace d'étamage sur l'ogive une fois celle-ci désolidarisée de son étui
La cartouche PmK se décline en 8 variantes étui laiton
PmK Rotter streiffen
Identifiable par la présence d'un trait rouge peint qui barre le culot, notons la variante vernie et non
pas peinte sur les premières Rotter streiffen.
Au cours de l'année 1938, La Luftwaffe demanda que la quantité de vernis soit minimisé , parcequ'il
encrassait les mitrailleuses
PmK ja rouge étui laiton , résultant de la dissolution du trait rouge
PmK ja noir sur rouge , un vernis noir baveux à été apposé grossièrement sur le rouge pour aider
à différencier les PmK des SmK.
PmK ja noir étui laiton
PmK v étui laiton
PmK trop étui laiton
PmK v trop étui laiton
Notons qu'il existe aussi PmK et PmK trop étui laiton amorcées avec des amorce "43" (zinguées)
Et une variante étui acier cuivré PmK étui acier cuivré

 

PmK n.A
Bulletin du 20 novembre 1943
Afin de remédier aux incidents de tir rencontré de plus en plus fréquemment lors de l'utilisation de PmK, dues à la sensibilités de ces dernières à la chaleur provoquant une fuite de phosphore dans la douille (et donc son autoallumage), un nouveau type de PmK sera développé. Ce modèle résistera à une température de 90°.
Cette ogive sera munie d'une coupelle trouée en fer sertie à son culot, optée par un point de soudure au plomb. Ce procédé permettra un gain d'effet incendiaire et de porté, du fait que le phosphore ne s'enflammera plus qu'a l'impacte, au lieu de commencer à brûler des le départ du coup et de freiner l'ogive sur l'ancienne version de PmK.
La désignation de cette nouvelle munition est : PmK n.A ( n.A pour neuer Art)
Ces PmK n.A devront être affectées en priorité aux premières lignes des unités de chasse de la Luftwaffe.
 
Bulletin du 20 Juillet 1944

La fabrication et la mise à disposition des munitions PmK n.A, ne peuvent être assurés dans le cadre de la production de masse, de telle sorte que les stocks disponible des anciennes générations de PmK doivent être encore provisoirement utilisés.
Afin d'éviter les incidents de tir dus à ces manipulations, suivant l'instruction L.DV 4000/10 préface H (manipulation des munitions ", un contrôle minutieux de l'aspect extérieur des PmK doit permettre de déceler des défauts par suite de fuite de phosphore par les signes extérieurs suivant :

-Floraison de couleur et bleu autour du joint d'amorce et au sertissage de l'ogive sur l'étui.
-Taches vert de gris sur la partie supérieure de l'étui, associé à une odeur de phosphore rappelant celle de l'ozone.

La cartouche présentant ces caractéristiques doit être envoyée par le responsable des munitions compétent au^près du dépôt de munitions le plus proche pour y être détruite.

La munition PmK n.A n'a semble t il jamais été distribuée….