A La fin de la Première Guerre Mondiale, l’Allemagne est un pays vaincu.
Le traité de Versailles du 28 juin 1919 impose entre autre à l’Allemagne une sévère restriction sur son armement.
POLTE MAGDEBURG est désormais la seule usine autorisée par les vainqueurs de la WW1 à produire des munitions et dans des quantités très limitées.

Du fait des très nombreux stocks de munitions produits durant la guerre et non utilisés, la fabrication de munitions va cesser totalement entre 1919 et 1921,

1921 et 1923 seules des munitions de manipulation semblent avoir été produites,

À partir du mois d'octobre 1923 la production de S Patronen va reprendre très timidement du fait des restrictions imposées par la commission de surveillance des Alliés

Courant 1924, les codes secrets « Pi Pö et Pu » firent leur apparition, ces codes commencent volontairement par un « P » laissant croire à une production par l'usine POLTE

ces codes sont chargés à balle S

A la fin de cette même année 1924 la production de sS Patronen  reprend.

 

1926 : début des surproductions discrètes

Avec l’arrivée de l’année 1926 l’indication du mois de production sur le marquage de l’étui est abandonnée au profit d’un numéro de lot.
Un lot était composé en 1926 de 100000 cartouches.
Il est probable que ce stratagème ait eu pour but d’empêcher les alliés de s’assurer de la quantité de munitions produites et donc de permettre à l’Allemagne d’augmenter sa production.

 

Toujours en 1926 une production prototype de munitions  « interdites », ogive chemisée cupronickel  avec une pointe coloré est réalisée sous le code usine P69 ; cette production à été effectuée en Suisse par  le groupe Mandl (Schoenebeck Hirtenberg et Soloturn  en Suisse) afin d’éviter d’avoir à s’expliquer sur une entorse du traité de Versailles. Remarquons que la police de caractère est différente de celle utilisée sur les marquages standard Allemand


Il fut ainsi produit :
Pointe jaune : Spr
Pointe verte SmK l’spur
Pointe rouge SmK
Pointe noire B (apparemment sans que la partie supérieure n’ai été remplie de Phosphore)

Toujours en 1926 le code usine P25 apparaît.

Il arrive de trouver des cartouches datées entre1926 et 1928 dont le marquage a été refrappé avec 4 segments :   il se peut que suite à la constatation que beaucoup de collets se fissuraient, une campagne de modernisation des lots de munitions sS Patronen fabriquées à partir de 1926 est entreprise ; Cette campagne consistait à faire un recuit partiel du collet afin de le rendre plus élastique. Afin d’identifier les munitions modifiées, un coup de bunter en forme de croix est apposé sur le culot, les boîtes portent la mention « Nachgeglüht » et une croix apposée dessus.

 

Toujours en 1928 une petite production  essai « P I 28 » marquage à 120°  d’une sS à étui acier cuivré !!! Il est probable que 10 ans après la fin de la guerre les ingénieurs aient voulus procéder à un essai afin de retrouver les méthodes de fabrications des étuis acier cuivrés.

 

Les premières SmK connue datent de 28, mais peut être ont-elles été montées sur d’anciens étuis

 

En 1929 la première PmK ja rouge est fabriqué par Polte , la production de la Spr balle noire reprend mais très parcimonieusement

En 1930 une campagne de  SmK l’spur est lancée. marquage "P67 ", on remarque qu'il existe 2 types de marquages, caractères dans l'ordre"" puis dans le "désordre"

Les années qui suivent vont connaître une production grandissante pour atteindre en 1936 un volume qui n’aurait pas manqué d’apeurer la Société Des Nations si celle-ci en avait eu connaissance.

 

Il est toutefois bon de noter que certaines cartouches ont été assemblées à partir d’anciens étuis donc que la date apposée sur le culot ne soient pas en corrélation avec la vraie date de chargement de la munitions.

 

1934 à 1936 Passage à une production de masse,

Cette période donna lieu à des contrats commerciaux "Officiels" des usines d'armement Allemands, destinés à des Etats, comme les états Nordiques, l'Espagne Franquiste, le Portugal, les états Nordique et même des marchés internes comme pour la SS.

Mais aussi a marchés clandestins passés en particuliers avec l'Espagne pour alimenter la guerre civile.
Les contrats "Discrets" des arsenaux Allemands ont amenés à une codification des marquages en conséquence, tous les marquages ci-dessous ont semble-t-il été utilisés pour armer les révolutionnaires durant la guerre d'Espagne. le marquage atypique ne devait pas permettre de remonter jusqu'au pays manufacturier: l'Allemagne.
Tous ces marchés ont donnés lieu à tout un panel de marquages qui font le bonheur des amateurs.

Notons qu’un essai d’étui acier cuivré fut réalisé en 1935     P S* 1 35 Platz33 suivi par une production en présérie en 1936

 

1936 représente une date significative dans le domaine de la 8x57, du fait de certains marchés clandestins passés en particuliers avec l'Espagne pour alimenter la guerre civile ", ou bien certains marchés militaires particuliers comme celui des SS dont les étuis arborent les runes SS

 

quelques marchés interne au Reich tels que la SS, Gardes frontière, Police ect...

A noter que jusqu'il y a peu, la cartouche "1939 SS TV" n'était connue qu'en chargement à blanc. 2 exemplaires chargés à balle s.S ont découvert sur une bande MG de fouille en Russie:

 


voici un panel de munitions de fabrication Allemande destinés à ses marchés étrangers plus au moins discrets:

 

 

Les contrats "Discrêts" des arsenaux Allemands ont ammenés à une codification des marquages en conséquence, tous les marquages ci-dessous ont semble-t-il été utilisés pour armer les révolutionnaires durant la guerre d'Espagne. le marquage atypique ne devait pas permettre de remonter jusqu'au pays manufacturier: l'Allemagne.

 

Avec la planche suivante, nous entrons dans les contrats commerciaux "Officiels" des usines d'armement Allemands, destinés à des Etats , comme les états Nordiques, l'Espagne Franquiste ..ect..ou même certaines branches de l'armée Allemande comme les SS.